Un esprit sain dans un corps sain, c'est reparti ! ✌

21 février 2015

Tous droits réservés - MyLittleRevue


Si vous me suivez depuis un certain temps, vous savez probablement que j'ai créé ce blog en partie pour pouvoir parler santé, et en particulier surpoids. Et je sais que certain(e)s d'entre vous, avec qui j'ai eu l'occasion de papoter un peu, me suivent surtout pour ça.
Aujourd'hui je voudrais en parler à cœur ouvert, parce que c'est un sujet que nous n'abordons pas assez. Du moins pas correctement. Je m'excuse par avance si mes idées partent un peu dans tout les sens, mais j'écris les choses comme elles me viennent :). 

Quand je dis que nous n'abordons pas les choses correctement, je parle déjà des autres. Un petit exemple des expressions typiques, made in Mr et Mme Parfaits.

  • "Si elle veut vraiment y arriver, elle à qu'à se bouger le cul!" (Oups)
  • "Quel gâchis.. elle était si belle avant."
  • "Quand on veut dans la vie, on peut."
  • "Courage.." (Alors celui-là, je ne l'aime pas du tout!)
  • "Il faut faire attention aux tentations!" 
  • "Moi franchement, je mange ce que je veux, je prends pas un gramme." (Extraterrestre!)
  • "Attention, 10 sec dans la bouche, 10 ans sur les hanches!"
  • "Ah non mais de toute façon y a pas de secrets. Faut éviter les sodas, le sucre, les gâteaux, les glucides, les lipides.." (Ah bon? Sans déconner! J'en suis presque à bouffer des racines.)
  • "Il te va bien ce chemisier noir, ça t'amincit." ( ... )
  • "Tu devrais faire un peu de sport."

Et franchement ? J'en ai un peu le ras la casquette de ces discours tout fait, des jugements dont on ne veut pas, souvent empreint de compassion et de pitié. Le problème des gens, c'est qu'ils ont un avis sur tout, sur tout le monde, mais qu'ils ne savent même pas de quoi ils parlent. 
Alors oui, c'est souvent très gentil, mais ça ne veut pas dire que ça rend forcément service..

Mes remerciements à la télévision et aux médias, de nous aider à creuser notre trou plus profondément chaque jour.. Merci à Photoshop, à la dictature des os apparents et aux défilés de zombies (je vais arrêter la télé aussi). 
Parenthèse : Oublions le Mcdo et les pâtisseries, et apprenons quelques mots : obésité, hyperthyroïdie, diabète, polykystose ovarienne.. et j'en passe. Je ne suis pas médecin, mais je suis assez renseignée pour affirmer que ce n'est pas un choix, et qu'on ne s'en débarrasse pas aussi facilement qu'un mouchoir qu'on jette à la poubelle. Quand on est malade, le corps change, et ce, sans que notre alimentation ne change forcément. Ce n'est pas qu'une histoire de nourriture et d'apparence, ça se passe aussi et surtout dans la tête.

Ce que je peux dire, c'est que je me sens coincée dans mon corps. Quand je me regarde dans le miroir, je vois que c'est moi, je le sais. Mais ce que je reflète ne me correspond pas, pas vis à vis des autres (l'avis des autres, ça fait bien longtemps que je m'en balance), mais l'image que j'ai de moi, c'est ça qui cloche. Le dernier regard moqueur accompagné d'un petit chuchotement du style "t'as vu sa gueule?" (parce qu'ils croient qu'on ne les entend pas en plus..) que j'ai encaissé, j'ai décidé que c'était le dernier. (et ça l'a été)
Source : Pénélope Jolicoeur
L'an dernier, j'avais entrepris pour la énième fois de perdre du poids (voir ici). Toute euphorique et pleine d'espoir. Diététicienne, sport, des menus restrictifs. Honnêtement ? J'ai repris ce que j'avais perdu. De privations en frustration, ce n'est simplement pas une vie. On croit que c'est facile, on va faire attention à ce qu'on mange et on fait de l'exercice. Mais si dans votre tête vous ne savez même pas ce qui déconne, ça marche pas. C'est là que je passe au fait que nous aussi, les big girls (ou big boys) on aborde pas les choses correctement non plus.

Source : Pénélope Jolicoeur
On se force à bouffer des trucs abominables, à en être presque dégoûté de manger parfois, Si j'ai retenu une chose au fil des régimes interminables que j'ai suivi, c'est que mon problème n'est pas l'alimentation. (en ce qui me concerne en tout cas)
Je mange sainement et je n'ai jamais la tête dans le placard à gâteaux. Et quand je fais le calcul, je ne dépasse, voir n'atteint même pas, ma limite calorique journalière. Alors crotte! (oui quand même, on va rester polie).

Sortez la tête haute, acceptez-vous vous et vos rondeurs, et si vous ne pouvez pas faites-vous aider si vous le devez.. Vous décidez. Mais ne laissez pas les autres vous définir, ou vous marcher dessus. Mettez un coup de pied aux fesses à la peur et laissez place à la confiance en vous. D'un jour à l'autre, ça peut faire une grande différence.

Si pour une fois, on essayait de vivre sans se prendre la tête, se priver, sortir quand on en a envie (parce qu'il faut dire que je ne sors plus beaucoup). C'est tout! Et si j'ai envie de manger du chocolat, et bah je mange du chocolat *-* ! Rappelez-vous cet article, mieux vaut un plaisir assumé qu'un plaisir coupable!

Alors prochaine étape pour moi, le sport. Je pense qu'au lieu de me focaliser sur ce que je dois ou ne dois pas manger, je devrais me fixer des petits défis sportifs. Une bonne manière de rester en forme (ou plutôt de trouver la forme) et d'évacuer le stress et la pression sociale.

Source : Pénélope Jolicoeur

Alors on se remet en selle, et on verra ce que ça donne !

Rendons à César ce qui appartient à César. Les illustrations présentes dans cet article, excepté la première, sont le fruit du travail de Pénélope Bagieu. Vous trouverez son lien sous chacune des images. Je trouve son boulot génial. Je me retrouve dans ce personnage drôle, désespéré et loufoque.


PS : Les photos/vidéos présentées sur le blog, ainsi que les dessins et/ou logo, sauf indication, ont tous été réalisés par mes mimines, j'y ai mis du coeur, et du temps. Merci de respecter mes droits :).

A bientôt!
Kiss 

8 commentaires:

  1. J'avais perdu 40 kilos en 6 mois et je n'était pas plus heureuse. Au contraire j'était déprimée de me priver de tout. Maintenant j'ai repris quelques kilos et je m'en fiche royal. On n'est pas plus heureuse mince au bout du compte...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends.. Wahou 40 kg en six mois! Je ne connais pas ton histoire mais je pense qu'à ta place, ça m'aurait fait drôle. J'entends beaucoup de personnes dire que quand ils ont perdu (exemple) 30kg ils ont mis du temps à "digérer". C'est une toute nouvelle image à apprivoiser de soi.
      A un moment de ma vie j'ai pris 25 kg à cause de soucis de santé, ce sont des kilos que je n'ai jamais réussi à accepter. Je ne suis pas spécialement malheureuse, mais j'ai réussi à trouver la raison pour laquelle je voulais perdre mes kilos. Pas par soucis de bonheur ou pour plaire aux autres, mais parce que je veux être en meilleure santé pour moi et mes proches. Je mentirais si je disais que je ne le fais pas pour moi, j'ai envie de retrouver un peu de celle que j'étais. Même si je ne perds pas tout, je serais contente de m'être prouvée que je pouvais arriver à reprendre ma vie en main, sans frustration :).

      Après comme tu le dis justement, ça ne rend pas forcément heureux. Mais je pars du principe qu'il faut juste se sentir bien dans ses baskets, et moi j'ai besoin d'accomplir cette étape pour l'être :).

      Supprimer
  2. Super article et très juste! Juste une remarque : c'est ta diet qui te fait un régime avec frustration et privation????? Elle a pas tout bien compris au monde elle... ou plutot elle est restée coincée dans la dietétique des années 80 (et je vois vaguement de quoi je parle je suis diet).
    Je confirme privation et frustration = reprise de kilos juste apres!

    Tu es dans la bonne voie, manger ce qui te fait envie, sans frustrations, en écoutant ce que ton estomac te dis "est ce que j'ai encore faim? Est ce que je mange cette part en plus par gourmandise, par faim ou par reflexe?" :)
    Combiné avec un peu de sport, ça va le faire! (sans oublier que sur la balance tu peux ne pas le voir tout de suite puisque le muscle est plus lourd que la graisse).

    en tout cas, tu as tout à fait raison sur les petites phrases au début, ce genre de truc est complètement idiot et notamment le "quand on veut on peut" oui ben ou pas forcement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui elle doit vivre dans la 4ème dimension lol ! C'est franchement ce que j'ai ressenti au final, une énorme frustration de voir que finalement, les résultats n'étaient pas trop au RDV et qu'en plus j'étais blasée de manger.
      Je te remercie pour ton avis c'est ce que je cherche avant tout, pouvoir en discuter avec des personnes qui savent de quoi elles parlent :).

      C'est exactement ce que je vais faire, pour une fois au lieu de me poser mille et une questions, je vais me poser les bonnes et moins me priver quand quelque chose de spécial me fait envie. A trop se priver finalement on recule l'échéance, puisque après on craque et on se jette sur tout ce qu'il faut pas.. et bim les chiffes tombent ^^

      Supprimer
  3. Je me retrouve tout à fait dans ton article. Je suis en surpoids à cause d'opk et pas de mon alimentation et en plus une autre maladie qui m'empêche de faire du sport. Alors j'essaie de faire du mieux que je peux pour rester au même poids sans me priver. Et les autres je m'en fiche maintenant. Merci pour cet article sans tabou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi pour ton commentaire Karine :).
      J'ai également des kystes ovariens depuis l'age de 15 ans, et les 20 kg qui ont suivi sont difficile à déloger.. Mes hormones font ce qui leur plaisent et c'est insupportable ^^ !
      J'avais effectivement vu un peu ton histoire quand j'ai découvert ton blog, et j'imagine que ça doit être très difficile.. J'ai du mal avec le sport alors sans, je n'imagine pas..
      Je ne sais pas pour toi, mais me mettre à la pâtisserie m'aide beaucoup. J'ai développé une autre relation avec la nourriture, je prends plus de plaisir à confectionner des petites gourmandises qu'à les manger ^^. J'ai du coup l'impression que je me prive moins aussi..

      J'ai essayé de lever autant de tabou que possible! Les gens ne comprennent, et n'essayent même pas de comprendre.. Alors une petite mise au point de temps en temps ne fait pas de mal :).

      Merci encore pour ton passage :) et à bientôt sur la blogo'.

      Supprimer
    2. La pâtisserie m'aide à m'évader et à combattre ma maladie. Comme toi, je prends plus de plaisir à créer et fabriquer mes pâtisseries qu'à les manger. En plus de tout ça j'ai une intolérance alimentaire, alors je dois tout faire maison, donc je contrôle e que je mange et ça m'aide.

      Merci pour ton passage sur mon blog.

      Bisous Carine

      Supprimer
    3. C'est une très bonne chose! C'est à croire que la pâtisserie a des vertus thérapeutiques ;).

      Avec plaisir :).
      Bisous.

      Supprimer