La parole aux blogueuses : Le make-up et moi.

25 juin 2015


Dans le cadre de son projet participatif, Sophie du chouette blog Dans ma bulle, nous propose ce mois-ci de parler make-up

Et en tant que make-up addict, je crie : Ô joie !

Je suis très branchée maquillage, mais il faut avouer que ça n'a pas toujours été le cas. En fait, j'ai eu des phases. Enfant, attention les yeux. Il fallait que je sois la reine du spectacle, toujours pomponnée. Je piquais même les cosmétiques de ma mère, qui je peux vous le dire, n'appréciait pas du tout ça. Que voulez-vous.. une enfant qui observe sa maman se maquiller, voudra être aussi belle qu'elle ♥.

Puis des années après, je suis passée par la phase garçon manqué pendant environ 3 ans. Mon look se résumait à la fameuse queue de cheval, un jogging tout moche et des baskets qui avaient fait leur temps. Quand on entre dans l'adolescence, on a du mal à se trouver jolie, alors du coup je n'avais pas tellement d’intérêt pour le make-up. Un sourire d'enfer et 4 yeux, tu m'étonnes.

Quand je suis entrée en 4ème, j'ai retiré mes lunettes pour laisser place aux lentilles. Et je m'autorisais un petit coup de crayon sous les yeux. Puis les mois passèrent, et mon style s'affirmait. J'ai vraiment commencé à m'intéresser à la cosmétique en 3ème. 
A tel point qu'au lycée, je tenais déjà un blog (que je gardais secret) qui parlait beauté, et que j'ai vite laissé tomber par peur que l'on me reconnaisse. Les enfants sont cruels entre eux.


Mais que représente le make-up pour moi aujourd'hui ?

Pour commencer, c'est un plaisir. Un moment rien que pour moi, qui peut durer 10 min comme trois quart d'heures si ça m'pète. Un temps pendant lequel je ne vais penser qu'à moi, et à comment j'ai envie d'être. 
C'est aussi et surtout, un moyen de détourner l'attention que les gens peuvent porter sur mes rondeurs, et pour qu'au lieu de regarder mes poignets d'amour et mon petit bidon, ils me regardent dans les yeux.

Si on parle marques et magasins, je reste assez sage. Je suis une grande adepte des marques telles que Too Faced, Urban Decay, Benefit ou encore The Balm. Mais les prix me freinent toujours. J'ai mis deux ans avant de craquer sur la Chocolate Bar, et ce parce que j'avais -25%..

De manière générale j'ai plutôt tendance à me diriger vers des marques plus accessibles. Marionnaud, Sephora, Yves Rocher, Nicobé, Kiko.. Je possède à peu près toutes les cartes fidélités et je suis une fan des bons de réductions et des bons plans! Ça fait toujours rire mes proches d'ailleurs. Je suis économe, mais pas radine.
Si un truc me plait chez Sephora, je vais toujours arriver à l'acheter au moment où il sera réduit ET avec un code promo. Que voulez-vous que j'y fasse, c'est l'destin!

Si je devais résumer mon amour pour le maquillage, je dirais que je suis tombée dans la marmite quand j'étais petite. J'ai connu des phases de turbulences. Mais c'est quelque chose qu'au fond, j'ai toujours aimé. Ça me donne d'avantage confiance en moi, me fait me sentir plus femme. C'est un art oui, mais aussi un loisir, et je prends énormément de plaisir à le partager avec d'autres makeup addicts.

1 commentaire:

  1. Merci de ta participation au projet ma belle :)
    Tout comme toi aujourd'hui le faite de me maquiller est plus une envie qu'un besoin, les jours pressés c'est 5 minutes montre en main voir pas du tout et parfois je peux passer 45 minutes à faire un make up plus aboutie
    Des bisous

    RépondreSupprimer